Ce diaporama nécessite JavaScript.

Jonathan Rescigno est né à Forbach en 1981. Il vit et travaille à Berlin.

Les films de Jonathan Rescigno oscillent entre réalité et fiction, narration et interprétation, et entremêle histoires personnelles et histoire collective. Ses vidéos à l’esthétique documentaire sont souvent autobiographiques, mais racontent un monde commun, le monde qui nous concerne tous, celui qui se rattache à nos racines, à nos vies, à l’Histoire et à la Mémoire.

« Je conçois mes films et mes vidéos comme des poèmes réalistes, où les images du monde brut se transforment en allégories et où la poésie s’entrechoque avec la réalité concrète. Des tableaux surréalistes surgissent ainsi de ces lieux que je mets en scène et que je transforme en séquences oniriques.
Au centre de ma démarche artistique, il est question de la trace en tant qu’empreinte dans le temps. Si la mémoire, qu’elle soit historique ou individuelle, fait partie de mon travail, il s’agit avant tout pour moi de réfléchir sur la manière dont elle se détériore. Et c’est à partir de ces restes que je développe mon travail vidéo construit sur une réflexion du passage du le temps. »
Jonathan Rescigno

CORE' NGRATO De Jonathan Rescigno 10' - 2007 - Super8 - 4:3 - Stéréo.

CORE’ NGRATO De Jonathan Rescigno 10′ – 2007 – Super8 – 4:3 – Stéréo.

CORE ‘NGRATO

De Jonathan Rescigno
10’ – 2007 – Super8 – 4:3 – Stéréo.

Synopsis

Dans le film CORE ‘NGRATO, Jonathan Rescigno part à la recherche du temps perdu, de ses racines et replonge dans les ruines du passé suite à une conversation avec sa grand-mère à propos de son grand-père italien immigré ayant travaillé dans une mine de la Moselle, lieu abandonné que l’artiste a revisité afin de créer un film surprenant. Le spectateur se retrouve dans la salle des pendus, là où les mineurs se changent avant de descendre aux fins fonds des entrailles de la terre. Cette salle à l’architecture industrielle ressemble à une cathédrale avec sa nef, ses travées et son chœur aux orifices faisant entrer une lumière claquante, éblouissante, aveuglante. Un lieu de travail devenu sacré avec une profondeur scénique comme un décor d’opéra. Une cathédrale contemporaine aux ruines recouvertes de peintures urbaines symbolisées par des tags. C’est dans ce lieu que tout s’est joué pour le grand-père de Jonathan Rescigno dans les années 50 venu d’Italie où il travaillait dans les champs.
CORE ‘NGRATO est le titre d’une célèbre chanson populaire napolitaine écrite par le poète italien Riccardo Cordiferro qui est diffusé et enregistré dans cette même salle. Dans cette chanson, un homme s’adresse à une femme qui lui a brisé le cœur, chantant avec amertume pour lui reprocher tout le mal qu’elle lui a fait. L’ambiance du film nous entraîne ainsi dans une métaphore de la relation entre le mineur et la mine, une relation à la fois passionnelle et destructrice, d’un amour impossible et ingrat, mais aussi de la relation entre l’Homme et le divin.

GLORY HOLE De Jonathan Rescigno 10' - 2007 - Super8 - 4:3 - Stéréo.

GLORY HOLE De Jonathan Rescigno 10′ – 2007 – Super8 – 4:3 – Stéréo.

GLORY HOLE
De Jonathan Rescigno
10′ – 2007 – Super8 – 4:3 – Stéréo.

Synopsis

Des dizaines, des centaines, des milliers… de mineurs sortent de la cage pour gagner leur poste au fond de la mine. En avant, en arrière; ils montent, redescendent,…

GLORY HOLE aborde la question du rapport charnel et spirituel qu’entretenaient souvent certains mineurs avec le charbon ou le fer. En Moselle, de nombreuses galeries portent des prénoms de femmes et beaucoup de mineurs parlaient de “leur galerie” comme d’une entité leur appartenant.
La précision de leurs gestes, l’attention spécifique portée à cet environnement particulièrement hostile et obscur, la préparation minutieuse de leurs instruments, la mise en place soigneuse des explosifs, etc. sont autant de gestes qui se transforment dans GLORY HOLE en un rituel symbolique et érotique. Tous ces gestes répétitifs composent ainsi une de parade cérémonielle à l’intérieur des veines des galeries.
GLORY HOLE est également une évocation de la place de l’Homme dans l’Univers, entre profondeur terrestre et abysse sidérale.

GLORY HOLE est un Found footage (technique de création à partir d’un autre film récupéré) réalisé à partir d’un documentaire Super 8 tourné en Lorraine et que j’ai retrouvé vingt ans après sa réalisation. À partir des images de ce document unique que j’utilise comme matière, je recrée un nouveau récit autour de la figure du mineur et de son travail. Tout à coup, les allers et venues dans les galeries, l’entrée dans les cages, les remontées en ascenseurs, la préparation des explosifs ou encore le retour à la surface sont autant de gestes quotidiens qui se transforment en une chorégraphie visuelle et musicale.

DESTINATION LUNE Réalisé par Jonathan Rescigno HD - 16/9 - stéréo - 23' - 2010.

DESTINATION LUNE Réalisé par Jonathan Rescigno HD – 16/9 – stéréo – 23′ – 2010.

DESTINATION LUNE

Réalisé par Jonathan Rescigno
HD – 16/9 – stéréo – 23′ – 2010.

En revenant dans la cité de Marienau à Forbach dans laquelle arrivèrent ses grands-parents lorsqu’ils vinrent en France pour travailler dans les mines de charbon, Jonathan Rescigno découvre des rangées de blocs et des appartements totalement vides. Ou presque, car en partant les habitants ont tout laissé : meubles, photos, jouets, vêtements… Il fait alors la rencontre de Kamel, le tout dernier habitant qui attend son transfert avec sa mère. Il guidera Jonathan à travers les couloirs labyrinthiques des appartements et des blocs avant que la cité ne disparaisse complètement, emportée par la neige…

Dans DESTINATION LUNE, à travers la disparition de cette cité minière finalement éphémère, Jonathan Rescigno aborde la question de la métamorphose des espaces urbains et celle de l’appartenance à un lieu. Que signifie habiter quelque part? Que signifie partir de chez sois et que reste t-il une fois parti? Voilà quelques questions soulevées par le film.
La cité Kobenberg de Marienau fut construite dans les années cinquante pour accueillir une partie du flux des migrants appelés à venir travailler en France pour la reconstruction du pays.
C’est la toute première cité de Lorraine et actuellement la seule à avoir été entièrement rasée.

Production : Centre d’art CarréRotondes (Luxembourg) –
Avec la participation de la Ville de Forbach (France).
Son : Matthieu Zisswiller / JazzKingdom

Publicité

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :